, ,

13# Pourquoi vous devriez démissionner de votre travail MAINTENANT?

Quand l'ennuie au travail devient un enfer...

Démissionner de son travail? Qui ne s’est pas déjà posé la question au moins une fois dans sa vie! Ennuie au travail? Manque de volonté? Trop de pression?

Il n’est jamais facile de prendre la décision de démissionner de son travail.

Mon année en Nouvelle-Zélande me permet de prendre du recul et de prendre conscience sur un certain nombre de sujets de société. Je vous partage ici mon expérience personnelle afin de vous éclairer si vous hésitez à démissionner de votre emploi.

Ainsi, vous découvrirez dans quelle situation vous devriez IMMÉDIATEMENT démissionner de votre emploi!

1# Quel est votre travail?

À l’heure où j’écris ces lignes (début janvier 2017), cela fait trois semaines que j’ai posé mes valises dans le Coromandel en Nouvelle-Zélande. Je travaille dans le camping Seabreeze Holiday Park six jours sur sept de 10h à 12H30. En échange du travail, je ne paye pas l’hébergement.

Avec deux amies françaises, un Canadien fasciné de chasse sous-marine (qui nous ramène souvent du poisson frais) et sa copine anglaise (surfeuse dans l’âme), notre travail consiste à s’occuper des installations du camping destinées aux vacanciers. En d’autres termes, nous devons:

  • Préparer les dortoirs et les chalets pour les nouveaux arrivants;
  • Nettoyer les chambres et les espaces de vie communs.

L’ambiance est excellente! Les rires sont nombreux et on se taquine sans arrêt! Par la suite, de 12h30 à 21h30 je travaille dans le bar du camping. Cette fois-ci, je gagne des dollars! 😀

Je suis chargé:

  • d’essuyer et ranger les verres;
  • d’apporter les repas à table;
  • de débarrasser les tables.
démissionner

La brasserie du camping: le Hot Water Brewing Co

2# Quel est le problème avec votre travail?

En apparence tout va bien, l’ambiance est bonne et je gagne de l’argent. Mais en fait, il y a un problème quelque part et je vais vous expliquer pourquoi.

Quels sont les trais de votre personnalité?

Pour ma part, je suis quelqu’un qui ne supporte pas d’attendre le week-end pour profiter de son temps libre. C’est-à-dire:

Ainsi, il m’est insupportable de devoir bosser quatre jours d’affiler sans pouvoir profiter d’un peu de temps libre…

En effet:

  • Le travail du matin et de l’après-midi demande un certain rythme qui impose une certaine fatigue. Ainsi après le travail, je vais directement au lit.
  • Ma seule source de motivation pour le travail dans le bar est: L’ARGENT!

Bon, ce n’est pas le goulag non plus ici, loin de là. Mais vous allez comprendre où je veux en venir dans la suite de l’article… 😉

3# Quels sont vos solutions? Avantages? Inconvénients?

 

démissionner

Quelles sont les solutions à votre disposition?

Par rapport à ce mode de vie “temporaire”, j’ai plusieurs choix:

  • Je peux démissionner de mon travail. Or je perds l’opportunité de gagner de l’argent. Or j’en ai besoin, ce n’est donc pas possible.
  • Je continue le travail en acceptant d’attendre cinq jours pour profiter de mon temps libre. Pas possible! Je n’attends pas cinq jours… (oui je sais parfois je suis un peu têtu ^^)

Il me reste donc une dernière solution, et il s’agit de la meilleure!

4# Changer votre état d’esprit!

« Quand vous changerez la façon dont vous regardez les choses, les choses que vous regardez changeront »

Wayne Dyer (conférencier, philosophe américain et auteur best-seller)

Je décide donc de changer la manière avec laquelle je vois cette situation!

Cherchez une nouvelle source de motivation!

Le matin, le travail ne me plaît pas mais l’ambiance est bonne. Or l’après-midi, je ne suis motivé que par l’argent. Pour un travail durant deux heures c’est tout à fait convenable, mais lorsque vous bossez 8 heures, c’est loin d’être suffisant…

Après réflexion, la source de motivation est trouvée: LA COMMUNICATION AVEC LES CLIENTS! 😀

En tant que DJ, improvisateur et le fait que j’aime faire des scènes ouvertes, je décide de profiter des clients de la brasserie pour améliorer mes compétences dans ses différents domaines.

En d’autres termes, j’active la case “SOCIABLE” et je décide d’être un porteur d’enthousiasme.

Je vais donc:

  • Communiquer avec les clients de la brasserie pour progresser en anglais;
  • Être un serveur agréable et tenter de faire rire les clients!

Passez à l’action!

En apportant les repas aux clients, je tente quelques blagues. Pour ma part, ce sont surement les blagues les plus pourries que je puisse faire, mais apparemment avec les Anglais.. ELLE MARCHE!

Ah, l’humour anglais… ^^

En apportant le plat de frites, je m’exprime:

  • “With these fries, you’re all ready for a wonderful afternoon!” (“Avec ces frites, vous êtes prêt pour une magnifique après-midi) C’est alors que l’ensemble de la table éclate de rire… Je vous avais prévenu, c’est de l’humour anglais.

À un autre table, alors que j’apporte le paquet de serviettes pour l’ensemble du groupe, je m’exprime:

  • “Take care! It’s you’re gift! (Faîtes attention! C’est un cadeau!)

À nouveau la table éclate de rire… Objectif réussi! 😀

5# Peux-t-on toujours changer son état d’esprit?

Vous ennuyez-vous dans votre travail?

J’ai passé trois ans dans une formation d’ingénieur par l’apprentissage. Mes collègues de travail étaient super, mais dans mon travail, je m’ennuyais profondément…

Je ne compte pas le nombre d’après-midi que j’ai passé assis à mon bureau, à regarder l’heure passer lentement, sans parler à personne (sauf pendant la pause), avec pour seul vu derrière la fenêtre… le building d’en face.

Je m’ennuyais à mourrir…

démissionner

Quand l’ennuie au travail devient un enfer…

C’est alors que l’idée de démissionner de mon travail m’est passé plusieurs fois à l’esprit. Or démissionner de mon travail revenait à:

  • Ne pas obtenir mon diplôme d’ingénieur aéronautique. En contrat d’apprentissage, lorsque vous démissionnez de votre emploi, vous arrêtez également la formation;
  • Arrêter de toucher un salaire;
  • Je ne savais pas quel type d’étude reprendre.

Alors j’étais comme vous peut-être à l’heure actuelle, je ne savais pas si je devais démissionner de mon travail et surtout je ne savais pas ce que je devais faire.

J’ai cherché à améliorer la situation

Ainsi j’ai cherché à faire comme avec mon travail en Nouvelle-Zélande, voir les choses différemment pour retrouver une source de motivation au travail. J’ai donc:

  • Parler de ma situation à ma chef de service;
  • Chercher un intérêt différent;
  • Modifier ma manière de travailler;
  • Changer mes horaires.

Mais rien n’y faisait. Chaque semaine, j’essayais de trouver une solution pour retrouver de la motivation et de l’envie pour ce que je faisais. Mais chaque semaine, cela était de pire en pire:

  • J’ai commencé à faire des crises de tetanies;
  • Je m’ennuyer de plus en plus;
  • Je me sentais inutile à mon travail;

De plus, cela a commencé à avoir des répercussions dans ma vie en général:

  • Je me sentais moins confiant car je n’avais pas un travail qui me permettait de m’épanouir;
  • J’avais de plus en plus de difficulté à dormir;
  • J’ai perdu de la motivation pour les choses en général: moins envie de faire du sport ou de sortir avec mes ami(e)s.

J’allais même jusqu’à appeler mes parents une heure par jour, car je n’en pouvais plus!

Puis la délivrance est arrivée!

Malgré cela, je ne me suis pas laissé abattre, je suis allé jusqu’au bout. Et le 30 septembre, j’ai vécu la délivrance absolue: J’ai fini ma formation et j’ai été diplômé ingénieur aéronautique! Par la suite, je suis retourné un mois chez mes parents et j’ai bossé en magasin.

Vous savez quoi? J’ai préféré ce mois chez mes parents à mes trois ans d’ingénieur. En effet:

  • Je voyais chaque jour des gens que je connaissais dans le magasin;
  • J’ai rencontré plein de nouvelles personnes;

Lors de ce mois, j’ai pris énormément de temps pour moi pour reprendre le sport, sortir et créer mon blog. Puis le 27 octobre, je me suis envolé en Nouvelle-Zélande pour un an d’aventures à l’autre bout du monde.

La suite vous la connaissez…

6# Conclusion: Faut-il démissionner de son travail?

Si cette expérience d’ingénieur était à refaire, je sais parfaitement comment je réagirais:

Je démissionnerais sur-le-champ et je prendrais un aller simple pour la Nouvelle-Zélande! 😀

Si dans mon vécu, vous vous reconnaissez dans le syndrome d’ennui au travail, par pitié, n’attendez pas. Au début c’est marrant, on peut faire autre chose au travail, mais par la suite, cela peut devenir un enfer…

Cherchez donc immédiatement à trouver des solutions:

  • Parlez-en avec votre chef;
  • Demandez-vous, comment vous pouvez rendre votre travail plus intéressant?
  • Qu’est-ce qui ne vous plaît pas dans votre travail? Comment vous pouvez améliorer votre situation?

Cette période de ma vie m’a énormément apporté, de par les nombreuses remises en question auxquelles j’ai fais face et la meilleure connaissance et maitrise de moi que j’ai acquise, mais pour ma part j’ai fauté sur une seule chose:

Parfois, rien ne sert de s’acharner, la seule solution est de partir…

Anthony

6 réponses
  1. Isabelle Picard
    Isabelle Picard dit :

    Salut Anthony
    Heureuse d’avoir de tes nouvelles ton article donne à réfléchir pour tous ces jeunes de ta génération qui ce reconnaîtrons peut-être et qui prendront la même décision en ce qui me concerne pour moi les dés sont jettés je ne démissionnerai pas (et à mon époque pas eu trop choix et mauvaise orientation)
    Je vois que tu bosses bon courage et fais toujours de belles rencontres
    Ton article toujours très bien écrit (mais où trouve tu toute cette inspiration?)
    BRAVO
    À bientôt
    Bises
    Isabelle

    Répondre
  2. Cécile
    Cécile dit :

    Bonjour Anthony,
    Je dois dire que tu me surprends encore et toujours… si je te disais que ce que je vis en ce moment est exactement le sujet de ton article ! Je ne suis peut être plus trop de la jeune génération, mais le mal être au travail touche de plus en plus de monde, et je suis très bien placée pour le savoir. En ce qui me concerne, j’ai toujours su trouver comment rendre la situation au travail plus agréable, mais au bout de 10 ans, de nouveaux perturbateurs m’empêchent de continuer. Et la dernière phrase de ton article correspond sans doute à ma situation finale (mais pas facile de franchir le pas, surtout la peur du futur) ! Si on m’avait dit un jour que mon neveu me donnerait de belles leçons sur la vie… alors merci pour tes articles, qui sont sources d’inspiration. En attendant les prochains…. Bises. Cécile

    Répondre
  3. Anais
    Anais dit :

    T’as pas parlé d’une de tes sources de motivations: diner avec ta voisine de palier à la cité Jardin 🙂 haha
    Bel article !
    Bisous

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *